Céline-Tg

Céline-Tg

Transgenre, c'est quoi ?

Extrait d’un article Wikipédia : pour voir la totalité de l'article > http://fr.wikipedia.org/wiki/Intersexuation

 

 

L'intersexuation met en jeu la définition même du sexe, et, indirectement, celle du genre. Dans la plupart des sociétés, les individus sont répartis en deux catégories, les hommes et les femmes. Le sens commun suppose que cette catégorisation binaire de l'humanité en hommes et en femmes est le reflet d'une réalité naturelle et évidente qui se fonderait sur les observations de la biologie : les humains présenteraient, dans leur anatomie, deux types d'organes génitaux bien distincts, mâles et femelles, qui serviraient de critères pour fonder les genres sociaux que sont le masculin et le féminin : une personne dotée d'un pénis serait un homme et une personne dotée d'un vagin serait une femme.

 

Cependant, les dernières avancées de la biologie montrent qu'il est beaucoup plus difficile de définir scientifiquement ce qu'est le sexe. Il n'y a, en fait, pas de critère unique et « naturel » qui permettrait de définir clairement le sexe d'un individu, mais plusieurs caractéristiques de différents types relevant de plusieurs approches : l'anatomie (la présence d'un pénis ou d'un vagin), les gonades (le fait de posséder des testicules ou des ovaires), les hormones (le fait qu'un organisme produise de la testostérone ou de l'œstrogène), ou encore la génétique (le fait qu'un individu possède, dans son ADN, une paire de chromosomes XY ou XX ou une autre combinaison encore). Il existe donc non un mais plusieurs systèmes de détermination sexuelle : « ce que de nombreux travaux scientifiques semblent démontrer aujourd'hui, c'est bien que le sexe représente un ensemble de données et non un seul élément permettant de considérer qu'on est soit mâle soit femelle ».

 

Les gender studies ou « études du genre » ont ainsi pu montrer que la bi-catégorisation des individus en hommes et en femmes n'est pas la simple reconnaissance d'une réalité naturelle évidente, mais le résultat d'une construction sociale susceptible de varier d'une société à l'autre et au cours de l'histoire. Autrement dit, ce sont des critères sociaux, et non biologiques, qui président à la classification des individus selon une dichotomie hommes/femmes : si l'on définit le genre non comme le « sexe social » d'une personne mais comme le principe de division qui institue deux sexes au sein d'une société, on peut dire que le genre précède le sexe, au sens où il élabore les critères qui permettent de ramener une multiplicité de caractéristiques sexuelles à deux catégories bien distinctes. Ce sont ces catégories que les organismes sexuellement ambigus des individus intersexués viennent remettre en cause.

Intersexuation et médecine : anomalie ou diversité ?

 

L'estimation de la proportion d'individus intersexués à la naissance n'est pas facile, car elle est mesurée par le nombre d'enfants dont l'organisme paraît assez atypique aux médecins pour les amener à corriger leur sexe par des opérations peu après la naissance ; en 2008, cette proportion était estimée à 1,7%. Selon les organisations de défense des droits des intersexués, le nombre de personnes intersexuées dans le monde est plus élevé que ce que ces chiffres laissent voir, car, d'une part, beaucoup de personnes intersexuées ne présentent pas d'ambiguïté sexuelle immédiatement visible à la naissance (et ne sont donc pas diagnostiquées comme intersexuées), et, d'autre part, beaucoup d'hôpitaux ne procèdent pas à des opérations de réassignation sexuelle, faute de posséder un service approprié. Un article de l’American Journal of Human Biology publié en 2000 et faisant la synthèse de la littérature médicale publiée entre 1955 et 2000 dresse des statistiques détaillées pour les différents critères possibles d'écart par rapport à un idéal-type masculin/féminin et conclut qu'environ 2% des naissances sont concernées.

 

Dans les années 2000, la médecine continue à considérer l'intersexuation comme une anomalie qu'il est nécessaire de corriger. Mais les études sur le genre ont montré que les critères utilisés par les médecins pour déterminer le seuil d'anormalité anatomique des individus sont marqués par des critères sociaux sur le sexe, et non par la seule préoccupation de la santé ou du bien-être des personnes concernées. Les organisations d'intersexués dénoncent ces opérations de réassignation comme des violences inacceptables et en réclament l'arrêt, au profit de la mise en place d'une politique non invasive qui n'ait pas recours systématiquement à des opérations de réassignation et laisse à chaque individu la liberté de définir lui-même son identité sexuelle et son identité de genre. Si l'existence même de l'intersexuation suffit à remettre radicalement en cause le principe de la bipolarité sociale des sexes, les personnes intersexuées elles-mêmes s'identifient parfois sans problème comme hommes ou femmes ; d'autres se considèrent comme hors de la bi-catégorisation courante et se définissent comme intersexues16 ou intergenres.

 ...........................

(voir l'article Wikipedia : lien en entête)

 ............................

..........Cette déclaration est suivie, un an plus tard, des Principes de Jogjakarta, présentés devant le Conseil des droits de l’homme des Nations unies le 26 mars 2007, et qui appellent à l'application des droits humains des personnes LGBT et intersexuées : le Principe 18, « Protection contre les abus médicaux », stipule que :

 

    « Nul ne peut être forcé de subir une quelconque forme de traitement, de protocole ou de test médical ou psychologique, ou d’être enfermé dans un établissement médical, en raison de son orientation sexuelle ou de son identité de genre.

En dépit de toute classification allant dans le sens contraire, l’orientation sexuelle et l’identité de genre d’une personne ne sont pas en soi des maladies et ne doivent pas être traitées, soignées ou supprimées. »

 

 

Retour liste articles



20/05/2012

A découvrir aussi